• Comme toujours, l'histoire que vous allez lire est vraie, seuls les noms ont été changés pour préserver la réputation des innocents.

    Pour ne pas jeter le discrédit sur un ordre religieux qui a souffert et souffre toujours de la situation, nous l’appellerons ordre de St Ores, un saint qui n'existe pas.

     

    Sr Fausta, soeur orésienne depuis plus de vingt ans, a semé le trouble dans plusieurs couvents de Flandres et s'est fait renvoyé d'un autre en Terre Sainte. Elle échoue dans une communauté près de sa fin, joue de son charme et en devient  la supérieure. Elle accueille ses premières novices et impose au couvent un mode de vie déséquilibré. Une relation trouble la lie à l'une d'elle , Alexandra, à qui elle confie prématurément, pas mal de responsabilités. Des novices et une soeur conventuelle préfèrent quitter le monastère et les premières plaintes parviennent aux oreilles des responsables ecclésiastiques.Pourtant deux jeunes filles , Marie-Noëlle et Martine entre dans ce couvent. Elles se trouvent confrontées au caractère manipulateur de leur supérieure et maîtresse des novices. Celle-ci tâche d'acquérir par tous les moyens des fonds pour agrandir le monastère en dépit du bon sens et de la santé de ses soeurs.

      

    Faste et séduction

    Comme cela a été expliqué plus haut, des liens très particuliers lient la Mère Fausta à Sœur Alexandra. Elles forment un binôme à la fois fusionnel et conflictuel. D'un côté, elles ne peuvent se passer l'une de l'autre, d'un autre côté, elles passent leur temps à se disputer. Mère Fausta a développé un attachement trouble envers son alter ego et la défend bec et ongles dès qu'un incident survient. Dès qu'une dispute survient, Mère Fausta commence par " Sœur Alexandra a tort de se fâcher, mais toi, tu as tort d'avoir fait ceci ou cela qui l'a provoquée." Malgré cela, Alexandra a du mal à trouver sa place dans la communauté, à cause de son caractère colérique. Même après avoir prononcé ses vœux perpétuels, elle remet régulièrement en doute sa vocation.

     

    La religieuse rivette  24.jpg

     

    A y regarder de plus près, Mère Fausta ne fait rien pour éviter les conflits entre Sœur Alexandra et Sœur Marie-Noëlle. Au contraire, son attitude ne fait que les attiser. Soeur Alexandra, si raide sur des questions futiles doit travailler avec Marie-Noëlle, si fantasque et indépendante. La supérieure manque d'une totale discrétion et va lui raconter des détails très privés sur la jeune novice et sur sa famille. Quand Sœur Alexandra explose, elle ne manque pas de traiter de toute sorte de nom d'oiseaux la parenté de la jeune sœur, ce qui la blesse profondément. Lorsque  Bénédicte, déjà quadragénaire s'essaiera à la vie religieuse, son caractère désinvolte provoquera également la furie de sa responsable de travail. Il ne viendrait pas à l'esprit de Mère Fausta de ne pas confier de subalternes à Sœur Alexandra.

     

    Les colères de cette nonne peuvent également se prolonger chez et envers la supérieure. Ce sont des éclats de voix, des cris et des courses poursuites dans les couloirs, tard le soir, quand toutes les sœurs sont couchées. Mère Fausta en viendra même à isoler le plafond de son bureau contre le bruit. Ces sautes d'humeur peuvent prendre un caractère très violent et pas seulement verbalement. Un jour, Sœur Alexandra envoie voler les icônes qu'elle fabrique à travers la pièce, en criant si fort qu'on l'entend de l'autre côté de la rue. Une autre fois, elle va jusqu'à enfermer à clé Mère Fausta dans son bureau et ne vient la délivrer qu'au moment de la messe quand il faut aller communier.

     

    culturepub 22.jpg

    Comme Sœur Alexandra trouve son réconfort spirituel dans la liturgie, Mère Fausta développe celle-ci dans un sens tout aussi démesuré qu'irrationnel. Au début, il ne s'agit que de remplacer quelques hymnes pas très réussies quant au texte et à la musique. On emprunte à un monastère voisin des chants en français sur des mélodies grégoriennes, on s'initie à la polyphonie que compose un dominicain bien connu dans ce domaine . Mais cela ne suffit pas.

     

     

    La religieuse rivette  23.jpg

    Après un petit stage dans un monastère de rite oriental, Mère Fausta et Sœur Alexandra sont prises d'un intérêt soudain pour la liturgie byzantine et en insèrent des éléments dans l'office romain. Alors que les journées sont longues et chargées, qu'il y a plus de travail que de bras, les deux femmes n'hésitent pas à allonger les vigiles des fêtes avec des prières et des chants supplémentaires parce qu'elles les trouvent "priant".  D'années en années, les murs du chœur des nonnes se chargent d'icônes véritables, peintes à la main, sur commande. Et tout cela se fait en contradiction avec la tradition et la spiritualité de leur ordre, sans le véritable assentiment de la communauté, puisque le chapitre est mis devant le fait accompli.

     

    Les offices sont priant mais prie-t-on vraiment quand leur longueur démesurée rognent sur le temps de sommeil et quand les répétitions de chant tournent en affrontement larvé ? Lorsqu'il s'agit de s'adonner à la forme de prière favorite de leur ordre, la méditation, les sœurs sont trop fatiguées et piquent du nez.

     

    Mère Fausta a toujours insisté sur la distance que l'on prend avec sa famille quand on entre dans l'ordre. La fréquence des parloirs et des courriers sont réglementés. Les rencontres se font à travers une grille. La clôture est strictement observée sauf ... quand Mère Fausta en a décidé autrement. Et là aussi, la seule règle est sa personne et non un consensus commun. Elle emmène "ses jeunes" travailler à l'hôtellerie pour des travaux de réfection, comme de la peinture, etc. ou bien pour donner un coup de main à Caroline lorsque celle-ci est dépassée par l'entretien des quartiers d'accueil. Cela est bel et bien permis par la règle. Mais la supérieure peut tout aussi bien gronder une jeune sœur qui, dans le cadre de son travail et suivant le même principe, est allée chercher une moustiquaire au même endroit.

     

    La religieuse rivette 22.jpg

     

    Mère Fausta ne cache pas son désaccord envers le long séjour hors clôture qu'a passé Sœur Agnès, l'une des anciennes, pour soigner ses vieux parents, une permission qu'elle avait obtenue avant l'arrivée de la nouvelle supérieure. Quand Sœur Denise, l'un des aînées, doit sortir pour des examens médicaux, elle lui propose d'aller voir sa sœur de sang, qui est dans un hospice et qui ne peut plus se déplacer pour pouvoir la voir au parloir. Mais elle le fait sur un ton tel que la vieille religieuse préfère refuser, de peur de s'attirer des reproches par la suite. Car ce n'est pas son âge qui a jamais empêché Mère Fausta de l'humilier à plusieurs reprises. Lorsque le père de Bénédicte, la postulante quadragénaire, entrée depuis une semaine décède d'un infarctus, elle lui rappelle ce qu'impose la clôture : la postulante ne retournera pas en famille pour enterrer son papa. 

     

    Cependant, le jour où la mère de Soeur Alexandra tombe très malade, Mère Fausta n'hésite pas à l'accueillir au monastère, alors que la nonne a six frères et soeurs, pour qu'elle soigne sa vieille maman. Elle la verra donc tous les jours, lui apportera à manger, lui prodiguera des soins, même pendant le carême, privilège que n'ont pas les autres nonnes. Mère Fausta expliquera qu'elle a pris cette décision par charité et parce qu'il y avait des conflits dans la fraterie de la nonne. Pas question non plus d'envoyer les novices en formation dans les sessions pourtant organisées par les associations de contemplatives ou même au sein de l'ordre. Ce serait contraire à la clôture, selon Mère Fausta. En fait, il ne faudrait surtout pas que les jeunes sœurs puissent se rendre compte que quelque chose cloche dans leur communauté en faisant certaines comparaisons. Cependant le jour où une cérémonie d'installation d'un nouvel abbé dans un monastère ami a lieu, Mère Fausta ne décline pas l'invitation. Elle s'y rend avec Sœur Alexandra, comme si ça allait de soi et elle participe au vin d'honneur qui suit. Plus question de clôture, quand il s'agit d'opération de charme.

     

    Sistr Act 14.jpg

    Tous ces efforts de séduction pour garder Sœur Alexandra dans la communauté , car c'est de cela qu'il s'agit sous couvert de dévotion, ne réussissent pas pour autant. Mal à l'aise dans le rôle qui lui incombe en tant que nonne, Sœur Alexandra fugue, à plusieurs reprises. La première fois, cela ne dure qu'un jour. Elle part un matin et revient le soir. Mère Fausta n'en dit pas un mot, sur le moment, à la communauté. Elle passe des heures à raisonner son alter ego et finit par la convaincre de revenir. Elle raconte à la communauté que Sœur Alexandra est très fatiguée, qu'elle doit se reposer et elle l'envoie quelques jours en retraite. Aux novices, elle déclare que la nonne doit passer une semaine en dehors de la communauté pour refaire ses forces, mais au bout de trois jours, Sœur Alexandra réintègre la vie commune. Elle souffre d'insomnies et use ses forces. Elle est parfois prise de malaises. Peu importe, tant qu'elle ne s'en va pas.

     

    La seconde fois aura plus de répercussion. Un jeudi saint, Sœur Alexandra se dispute avec Soeur Marie-Noëlle et lui lance des mots très blessants. Elle va ensuite trouver Mère Fausta et lui déclare vouloir s'en aller pour de bon. La supérieure lui donne un peu d'argent et la fugitive quitte le couvent, à pied, avec ce qu'elle a sur le dos, sans même prendre le temps de rassembler quelques effets.

     

    hopital à la rose 3.jpg

    A cette époque, Marie-Noëlle et Martine sont à quelques jours de prononcer leurs vœux perpétuels, il y a deux postulantes, Bénédicte et Hélène. De plus, une religieuse du même ordre, venant d'un autre continent, effectue un court séjour dans la communauté, afin de se former. Comment Mère Fausta annonce-t-elle les événements qui viennent de se produire ? ... Elle prend à part ses novices et leur dit que Sœur Alexandra est partie et qu'elle ne sait pas où elle se trouve. Sœur Martine devra, au pied levé, apprendre la troisième voix des chants polyphoniques pour pallier cette absence. Mais elle ne dit rien aux conventuelles. Quand la nonne en stage lui pose la question de savoir où est passé la fugitive, elle répond seulement qu'elle ne le sait pas.

     

    Il faut attendre le mardi de Pâques pour savoir où elle s'est en allée. Elle est allé rejoindre à Paris le père Innocent, ce prêtre missionnaire que Mère Fausta a connu lors de son périple en Terre Sainte et qui vient, de temps à autre, rendre visite à la communauté. Le bon père se met en tête de raisonner à son tour Sœur Alexandra. Elle revient peu avant la profession perpétuelle des deux compagnes de noviciats. Sœur Denise est l'une des rares à avoir eu le courage de poser, en privé, la question de cette disparition. Mère Fausta aura pour réponse qu'il faut l'accueillir comme le fils prodige, mais l'ancienne n'est pas dupe du caractère anormal de la situation. La communauté en tant que telle ne pose pas de question, un comportement tout à fait anormal dans un couvent qui fonctionne sainement. Quelques jours après la fin des festivités de la profession, Sœur Alexandra est à nouveau envoyée en repos, à l'hôtellerie d'un monastère ami.

    abbaye de gembloux 1.jpg

    Sœur Alexandra prendra une troisième fois la décision de partir et, pour être sûre de ne pas être récupérée, elle se rendra directement à l'évêché pour demander sa sécularisation, mais nous lirons la suite de ce dernier sursaut pour s'arracher à l'emprise de la prieure dans un épisode ultérieur, lorsque nous atteindrons l'ambiance de fin de règne.

     

    La nonne avait compris d'elle-même qu'elle n'avait pas sa place dans une communauté, surtout une communauté fermée. Sœur Martine qui mettait toute sa vertu à la supporter et prier pour elle avait remarqué que les crises de colères étaient précédées d'une période de lassitude, où la religieuse avait le regard perdu dans le vague et la voix morne. La jeune sœur pressentait qu'une de ses crises de colère allait éclater, ce qui arrivait à chaque fois. Lorsque le déferlement colérique était passé, Sœur Alexandra ne se souvenait plus des paroles qu'elle avait prononcées dans sa furie. Une visite chez le neurologue aurait pu l'aider car, de toute évidence, ses crises avaient un caractère pathologique. Un ecclésiastique suggérera plus tard une telle solution, mais le tour pris par les événements en décidera autrement.

    The nun's story hopital 3.jpg

     

    Malgré son  côté obscur, Sœur Alexandra est généralement appréciée par les sœurs âgées. C'est une infirmière dévouée et consciencieuse qui pousse très loin le sens du devoir. Parfois, ses colères envers la supérieure ont un fondement réel ; Mère Fausta a une façon dangereuse de traiter les problèmes de santé. Alors que Martine est encore postulante, Sœur Rosalie, âgée et grabataire, fait une occlusion intestinale. Mère Fausta appelle bien le médecin mais elle refuse de l'envoyer à l'hôpital. La petite vieille ne supporterait pas, d'ailleurs Sœur Rosalie préfère ne pas quitter son cher couvent. D'âpres discussions divisent la supérieure et Sœur Alexandra qui lui répète qu'on ne peut pas laisser la vieille sœur sans rien faire, qu'on ne peut pas la laisser souffrir. Mère Fausta l’interprète à sa sauce : pas question d'euthanasie à quoi Sœur Alexandra rétorque qu'elle n'a jamais voulu dire ça. Mère Fausta fait bien venir des anti-douleurs, assez tardivement, mais Sœur Rosalie décède quatre jours plus tard après avoir souffert.

     

    Un an plus tard, Sœur Marie-Noëlle constate la présence d'un nodule au sein. Affolée et craignant être atteinte d'un cancer, elle en avertit Mère Fausta qui se gausse d'elle : on n'attrape pas le cancer comme ça, déclare la supérieure, forte de son brevet d'infirmière psychiatrique. La jeune sœur est en proie à de vives angoisses et tâche d'en savoir davantage en interrogeant adroitement Sœur Martine, sans lui dire bien sûr qu'il s'agit de son cas personnel. Sœur Martine à qui il ne vient pas à l'idée que sa consœur est la première concernée, explique qu'effectivement, dans un pareil cas, il faut faire des examens de dépistage. Mère Fausta ne trouve rien de mieux que de gronder Sœur Martine pour avoir parler pendant le travail, après que Sœur Marie-Noëlle, forte de ces nouveaux arguments, fut revenue à la charge. Sur ces entrefaites, la novice contracte une grosse bronchite ; quand Sœur Alexandra la prend en charge, elle la met au courant de l'existence du nodule. L'infirmière de la communauté ne fait ni une ni deux et exige que le médecin soit consulté dans les plus brefs délais.

     

    Rz_SANTE006.jpg

    Mère Fausta doit céder, mais elle impose la présence de Sœur Alexandra comme chaperon quand Sœur Marie-Noëlle se fait examiner. La supérieure s'abaisse à des allusions suspicieuses et déplacées quant aux motivations de la jeune recrue. Le médecin enverra la jeune nonne passer des examens approfondis et se faire retirer ce nodule. Celui-ci étant bénin, la supérieure ne manquera pas de se moquer encore une fois des peurs de la novice. Quant à Sœur Martine, elle finit par réaliser, par déduction la nature de l'intervention chirurgicale qu'a subie Sœur Marie-Noëlle, à travers les allusions de Mère Fausta sur la crainte de sa compagne de noviciat. Au lieu de se révolter contre une telle attitude, elle renie son bon sens et trouve, comme toujours, des excuses et des bonnes raisons à sa supérieure et maîtresse des novices. Celle-ci  s'emploie, par ailleurs, à faire passer sa consœur pour une hypocondriaque.

     

    La vie de la jeune sœur se trouve une nouvelle fois en danger quelques années plus tard où elle est prise de crampes dans le bas-ventre. Immédiatement, Sœur Alexandra prend les devant et avertit le médecin qui l'envoie aux urgences. Sans son intervention, la jeune nonne serait décédée d'une hémorragie interne à cause des atermoiements de sa supérieure. Il faut procéder d'urgence à l'ablation d'un ovaire. Cela n'empêche pas Mère Fausta de prendre à la légère la convalescence de la jeune sieur. Elle lui refuse la médication topique qui la soulagerait d'une réaction allergique aux endroits intimes sous prétexte de sauvegarder sa chasteté. Et elle ne manque pas de faire des allusions déplacées à chaque fois que celle-ci se rend, pour son suivi post-opératoire, chez la gynécologue. La jeune sœur, de guerre lasse, finira par renoncer à ce suivi pourtant nécessaire.

     

    Rz_SANTE004.jpg

    Lors d'une longue absence de Sœur Alexandra causée par ses doutes sur sa vocation, Mère Fausta se fondant sur sa science infuse impose de son propre chef à Sœur Marie-Noëlle la prise de comprimés de fer en grande quantité, sans prendre la peine de consulter le médecin. Au bout de quelques mois, la jeune sœur souffre de violentes crampes provoquées par l'irritation intestinale. Mais Mère Fausta, au lieu de mettre en doute ses supposées connaissances dans le domaine de la médecine, préfère montrer la nonne du doigt et l'accuser de jouer la comédie.

     

    A plusieurs reprises, Mère Fausta accompagne des sœurs âgées à l’hôpital, quand elle revient, elle ne manque pas de se mettre en valeur auprès de sa communauté, laissant comprendre que les médecins ont tardé à trouver ce qu'elle avait prédit depuis le début des symptômes. Elle ne peut s'empêcher de se présenter de manière détournée comme une personne de sciences et d'expérience dans le domaine médical.

     

     

    La religieuse rivette.jpg

     

     Mère Fausta tient à l'attachement exclusif à sa personne, sous couvert de dévotion, cela s'entend. Elle est celle qui a la grâce d'état puisqu'elle a été choisie par Dieu pour cette mission, voit la situation globale du monastère et décide pour le mieux de chacune. L'attachement d'Alexandra et pour Alexandra prend des proportions préférentielles. Pour elle, on oublie le "nous sommes des pauvres", elle a droit, pour son travail, à du matériel cher et performant. Souvenez-vous du tracteur-tondeuse ... qu'elle n'avait pas demandé. Elle a le droit de se servir de la photocopieuse, d'un ordinateur, d'une imprimante laser.  Il est même question de revêtir le nouveau cloître de plaques de marbre, parce que Sœur Alexandra trouve ça beau. Mère Fausta finira par y renoncer.

     

    Quand Sœur Martine et Sœur Marie-Noëlle vont commander leur paire de lunettes chez l'opticien, Mère Fausta leur fait comprendre qu'une monture de plastique est assez bonnes pour elles, alors qu'elle-même et son acolyte ont une monture en métal. Elle leur recommande tout de même la même qualité de verres que les siens. L'opticien explique alors aux jeunes nonnes que les verres progressifs des deux sœurs dirigeantes ont coûté 20 000 BEF le verre (500 €, sans tenir compte de l'inflation ; les faits ont lieu début des années 90)

     

    Sœur Valérie, soumise à un travail physique trop important pour sa santé finit par souffrir du dos. Mère Fausta ne manque pas de lui rappeler que Jésus a expié nos péchés dans son corps. Évidemment, un tel remède n'est guère efficace contre la dorsalgie et celle-ci s'aggrave. Plutôt que de l'envoyer consulter chez un spécialiste, elle a recours à une espèce de guérisseur. Sœur Pauline et sœur Valérie iront donc plusieurs fois dans une ville voisine se faire "soigner" par un charlatan qui utilise des aiguilles et leur brûle le dos avec une flamme.

     

    religieuse-extrait_5nuft_2i28iy.jpg

     

    Mère Fausta peut se montrer jalouse. Sœur Martine a-t-elle regardé de trop près Soeur Alexandra ? Mère Fausta lui fera comprendre que cela ne se fait pas de dévisager les sœurs de cette manière. Elle lui dira que Sœur Alexandra la trouve trop pot-de-colle, trop attentionnée envers elle. Dieu sait ce qu'elle raconte au sujet de la jeune nonne à son bras droit. Car celle-ci, d'abord affable envers elle, se montre de plus en plus froide et distante, vis-à-vis de la jeune nonne qui fait pourtant tout pour ne pas lui déplaire. C'est qu'au fond, Mère Fausta voudrait être la sœur préférée de toutes.

     

    Cette jalousie et ce désir de séduire s'exprime par une foule d'actes manqués. Ses visites impromptues dans la cellule des jeunes sœurs qui surprennent certaines en sous-vêtements et les mettent mal à l'aise. Ses réflexions déplacées sur de prétendues complaisances à des actes purement médicaux et objectivement désagréables. Ses allusions déplacées en matière de sexualité, son manque totale de discrétion quand il s'agit de s'enquérir si ses novices n'ont pas de tentation contre la chasteté. Elle se complait elle-même à s'étendre longuement dans des récits scabreux sous prétexte de dénoncer le mal. Tout en prenant des mines dégoûtées, et en parlant à mots voilés, elle insiste lourdement sur des détails choquants, créant le malaise dans son auditoire.

     

    Episode 1 , épisode 2épisode 3épisode 4épisode 5,  épisode 6,  épisode 7,

    épisode 8,  épisode 9,  épisode 10

     Crédits photos : La religieuse de Rivette; Culture pub ; Sister Act ; Photolibre ;La religieuse de Nicloux (Le pacte); Photos personnelles.


    votre commentaire
  • Dans un livre paru il y a une dizaine d'années,  "'t Zijn al geen heiligen die grote paternosters dragen" on trouvait une photo d'une sœur dominicaine portant une cornette.  Ce livre recense les anciens costumes des congrégations autrefois présentes en Belgique. Certains sont haut en couleur.  Mais revenons-en à notre dominicaine. Le nom exact de sa congrégation est "Sœurs de charité dominicaines de la présentation de la sainte vierge". Là aussi, au point de départ, il ne s'agissait pas de religieuses à stricto sensu, mais au fil du temps, l'évolution du code de droit canonique leur a permis de s'ériger en institut de vie consacrée.

    Marie Poussepin.jpg

    La fondatrice, Marie Poussepin, à présent béatifiée, naquit au XVIe siècle dans une famille de notable. Elle est à la tête d'une entreprise et c'est une vraie femme d'affaires. Elle introduit l'usage du métier à tisser dans le tissage de la laine, avec succès. Elle en profite pour former des apprentis qu'elle prend sous sa tutelle et veille à leur sauvegarde morale. Également membre du tiers-ordre dominicain, elle s'adonne aux œuvres de charité.

     

    fils de trame.JPG

    Qu'est-ce qu'un tiers-ordre ? C'est l'ancien nom qu'on donnait à ordre séculier. Tiers est à prendre au sens de "troisième", à côté du premier, l'ordre des religieux, le second, l'ordre des religieuses, il y a la laïcs qui restent dans le "siècle", le monde ordinaire, mais s'associent pour profiter de la spiritualité d'un ordre. Ces membres s'appelaient "tertiaires". Plusieurs ordres religieux ont un tiers-ordre, un ordre séculier.

     

    dominicaines de la présentation

    Marie Poussepin ne s'en tient pas là. Elle fonde une communauté de tertiaires « pour instruire les filles et servir les malades pauvres » à laquelle elle lègue ses biens. Cette communauté vit selon les coutumes dominicaines mais sans vœux ni clôture. Les sœurs doivent vivre du travail de leur main et s'adonnent, elles aussi, au tissage. Un évêque imposera à la communauté de cesser tout rapport avec l'ordre dominicain, cela n'empêchera pas ces sœurs de garder vivant cet esprit. La fondation survit à sa fondatrice et essaime en France, jusqu'à ce que la révolution française en ferme les établissements et en disperse les membres.

     

    dom présent.jpg

    L'ère napoléonienne permet à l'institut de se relever de ses cendres. Au cours du dix-neuvième siècle, la congrégation se rapproche de l'ordre dominicain et les sœurs se voient offrir la possibilité de prononcer des vœux, elles deviennent des religieuses à part entière. Parallèlement, les fondations se succèdent les unes aux autres, de nouvelles maisons s'ouvrent et plus seulement en France. La congrégation s'étend à d'autres pays et traverse les océans. Elle s'implante durablement en Amérique latine où elle est bien représentée au point d'y compter aujourd'hui la plupart de ses membres.

    domprés capt écran vid.jpg

     

    Autrefois, les sœurs portaient une robe de teinte écrue, un mouchoir de cou blanc, un tablier noir et une cornette d'abord fort modeste mais qui prit son envol au cours du XIXe siècle. Aujourd'hui, la congrégation semble avoir réussi son aggiornamento. Le costume varie selon les provinces : robe blanche et voile noir ; tenue civile modeste avec croix en sautoir ; ou encore inculturée à l'endroit de l'implantation géographique. 

     

     


    votre commentaire
  • Une grosse erreur de costume dans un téléfilm m'a plongé dans des recherches sur l'histoire de la Compagnie des Filles de la Charité. Cela ne vous dit rien ? C'est pourtant le nom officiel des Sœurs de St Vincent de Paul. Oui, la bonne sœur à cornette ... comme dans la série des "Gendarmes" avec Louis de Funès. A ce détail près que ce couvre-chef impressionnant a été abandonné il y a cinquante ans.

     

     

    Je reprends ce bon mot que j'ai lu ailleurs : la sœur de charité qui passe pour le prototype de la religieuse dans le grand public, n'en pas une. Oui, vous avez bien lu : les Filles de la Charité, les sœurs de St Vincent de Paul ne sont pas des religieuses. C'est l'histoire d'une gentille entourloupe, un petit tour de passe-passe très intelligent.

     

    Monsieur Vincent est un prêtre français, né à la fin du XVIe siècle et qui est décédé en 1660. Il se dévoua au service des plus pauvres et des délaissés de son époque. Pour l'aider dans son apostolat, il s'adjoignit l'aide de dames charitables, puis de paysannes qui venaient à l'origine des alentours de Paris. Ces filles de la campagne conservèrent leur costume traditionnel et il fallut plusieurs siècles pour que ce qui n'était que la bande avant d'un chaperon devînt cette coiffe monumentale bien connue du cinéma.

    A cette époque de la Contre-Réforme, de nouvelles congrégations et familles religieuses voient le jour. Mais parallèlement, les règles qui encadrent la vie religieuse féminine deviennent plus strictes. On leur impose, progressivement, la clôture, c'est à dire un certain confinement : plus question de sortir du couvent. C'est ainsi que François de Sales qui venait de fonder une congrégation vouée à la visite, se voit contraint à renoncer à ce projet initial : ses dévotes ont prononcé des vœux, elles doivent garder la clôture. Les sœurs de la visitation deviendront des contemplatives.

     

    Pour échapper à cette contrainte, Monsieur Vincent ne fera pas prononcer des vœux à ses Filles. Elles feront des promesses et, encore de nos jours, leur Compagnie n'est pas une congrégation mais une société de vie apostolique, une association où l'on ne prononce pas de vœux.

     


    2 commentaires
  • Commençons par une vidéo postée sur youtube où l'on voit la prise d'habit d'une jeune clarisse. Cela se passe vraisemblablement aux Etats-Unis où l'on est très friand de ce genre d'évènement et d'habit à l'ancienne.

     


     

    Comme je l'ai déjà expliqué ailleurs, nous ne sommes pas ici pour nous arrêter aux aspects extérieurs, au folklore, oserais-je dire. Oui, une prise d'habit, c'est très joli, émouvant, etc. Ce n'est pas pour ça qu'il faut s'arrêter à l'esthétique ou aux sentiments. Quel que soit le poids émotionnel, il faut tout de même rappeler qu'une prise d'habit n'est QU'une prise d'habit. C'est l'entrée au noviciat et rien d'autre. La novice peut quitter à tout moment le monastère comme la communauté peut à tout moment la renvoyer. L'usage de la robe de mariée a été abandonné, pour cette raison, un peu partout, sauf dans des endroits fort attachés aux vieilles habitudes. Dans certains monastères, la prise d'habit a même lieu à un moment où la chapelle est peu fréquentée, pour lui conserver un caractère discret. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le cas ici. Mais cela se comprend étant donné la référence franciscaine.

     

    La prise d'habit de Claire a été un tournant assez marquant dans l'histoire de la famille franciscaine. La jeune fille s'enfuit de nuit dans ses plus beaux atours. Elle abandonne ses vêtements magnifiques, se fait couper les cheveux par le frère François et revêt l'habit. Une fois les cheveux coupés, elle est considérée par les mœurs des temps comme consacrée à Dieu et sa famille ne peut la récupérer. Ne pouvant rester dans la compagnie trop masculine de François et de ses frères, elle rejoint un monastère bénédictin où elle reçoit sa formation.  Cet évènement historique est la raison pour laquelle, chez les clarisses l'habillage, si je puis dire, se passe intégralement au chœur. La jeune fille reçoit l'habit, préalablement béni, puis la corde qui lui tiendra lieu de ceinture. Cette corde ne porte pas encore de nœuds qui sont les symboles de la profession religieuse. Ensuite, on lui coupe les cheveux publiquement, comme il en fut de Claire, la fondatrice, puis elle reçoit la coiffe et le voile.

     

    Mais si j'ai posté cette vidéo ici, ce n'est pas tant pour commenter les usages franciscains que pour m'interroger sur l'âge de la jeune personne. Dix-huit ans ! Comme Claire d'Assise, diront certains, mais c'est que nous vivons en d'autres temps. Au moyen-âge, une femme de la noblesse, comme Claire, n'avait pas le choix entre plusieurs perspectives de carrières : épouse ou nonne, il n'y avait guère de possibilités.

     

    SDamiano-Clara.jpg

    Nous vivons au XXIe siècle. Quand une jeune fille ne persévère pas au couvent — rappelons qu'une prise d'habit n'est pas un engagement définitif — qu'advient-il d'elle ? Elle doit sortir et se réinsérer dans la vie de tous les jours. Si elle n'a pas de formation préalable, si elle n'a pas un diplôme en poche, une formation professionnelle, les conséquences peuvent être lourdes pour son avenir.

     

    Une jeune fille peu réfléchie avait été enthousiasmée par sa retraite de fin de secondaire dans un carmel. Elle demanda à y entrer, alors que son entourage lui demandait d'y réfléchir à deux fois.  Trois jours plus tard, confrontée à la réalité de la vie religieuse, elle préféra s'enfuir, en enjambant, après la messe, le muret qui séparait le chœur de la chapelle. Elle téléphona ensuite au monastère demandant qu'on lui préparât ses affaires et expliquant que sa mère allait venir les chercher. Qu'est-ce que trois jours durant une période de vacances scolaires ? Sitôt sortie, elle alla se renseigner sur les possibilités qui s'offraient à elle et s'inscrivit à l'université.

     

    Tout ne se termine pas toujours aussi bien que cet épisode un peu cocasse, avouons-le. Béatrice, une autre jeune fille entra tout aussi jeune dans un monastère. La vocation lui était venue subitement pendant une procession du saint sacrement. Elle plaqua son petit ami de l'époque et insista si bien auprès de la supérieure du couvent que celle-ci l'admit au postulat alors qu'elle n'avait que dix-huit ans. Les monastères du même ordre trouvait un peu imprudent d'admettre une candidate aussi jeune, mais elle semblait, aux yeux de la communauté qui l'accueillait, avoir une solide vocation. Au début, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. La jeune novice fit profession dans la joie. Mais cela ne résista pas à l'épreuve du temps. Elle était la plus jeune de sa communauté, une autre soeur, entrée avant elle était de vingt ans son aînée. Le reste de la communauté avait l'âge d'être sa grand-mère. Peu réjouissant quand s'émousse l'enthousiasme du début et qu'il faut durer dans le temps. Le désarroi fit surface, on l'envoya suivre un cours de théologie, avec des séminaristes. Puis sa santé faiblit et elle dût prendre du repos, à l'extérieur du monastère. Elle finit, dix ans après son entrée à sortir définitivement du couvent, elle se fit séculariser. Heureusement pour elle, elle avait suivi une formation professionnelle et, malgré son jeune âge, elle avait un métier dans les doigts, ce qui lui permettait de se réinsérer dans la société.

     

    Départ 2.jpg

    Ce n'était pas le cas d'Annette, appelons là ainsi. Elle faisait ses études quand elle ressentit l'appel. Imprudemment, la maîtresse des novices avec qui elle prit contact, la poussa à interrompre ses études pour entrer au couvent. A l'intérieur de celui-ci, les choses ne se passaient pas comme elles auraient dû se passer. Les dysfonctionnements prirent une telle proportion que les autorités ecclésiastiques intervinrent pour déposer la supérieure et en nommer une autre. Annette fit de son mieux mais marquée par les mauvaises années qu'elle venait de vivre, elle finit par demander son transfert dans un monastère du même ordre. Elle y fut bien accueillie et accompagnée dans son cheminement. Celui-ci la conduisit à quitter les ordres. Elle se retrouva dehors sans métier ni formation. Elle doit vivre chichement en exerçant des petits métiers peu rémunérés comme dame de compagnie.

     

    Vous avez entendu l'appel, mais vous avez moins de vingt-cinq ans ? Ne vous précipitez pas et achevez votre formation. Faites l'expérience du travail dans la vie civile, cela ne vous fera pas de mal. Si votre vocation est véritable, ce n'est pas ce délai qui la fera s'envoler. Méfiez-vous de ceux et celles qui veulent vous faire tout interrompre pour vous embrigader. Ce n'est pas un signe de sérieux de la part de l'institut.

     

    J'entends d'ici l'objection : Thérèse de Lisieux est bien rentrée à quinze ans. Je peux même ajouter qu'après elle, on a admit une candidate de ... treize ans ! A l'époque, l'âge de la nubilité était de quinze ans et trois mois pour les filles. Vous conseilleriez à une jeune fille de se marier si jeune ? Je ne le pense pas. A l'époque, l'entrée d'une "enfant aussi jeune" à Lisieux n'a pas fait l'unanimité chez les supérieurs ecclésiastiques. Thérèse a entendu de ses propres oreilles les remontrances d'un prélat aux sœurs qui l'accueillaient. Pas plus que nous ne vivons plus au moyen-âge, nous ne vivons plus non plus au XIXe siècle où il suffisait qu'une femme ait une instruction minimale, qu'elle sache coudre et cuisiner pour trouver à se caser.

     

    enfant nonne.jpg

    Des bénédictines avaient imprudemment accepté chez elles une certaine Ursule, une jeune fille peu formée. Elle avait dix-neuf ans. Comme elle ne se sentait pas à l'aise dans leur spiritualité, elle retourna chez ses parents. Cependant son désir de vie religieuse était toujours vivace, elle frappa donc à la porte d'un carmel qui lui demanda de travailler un peu. Un peu peu, puisqu'on fixa le délai à six mois. Un an aurait été préférable. Après trois mois, la jeune fille se plaignit d'une entorse au poignet, du rythme de travail et de bien d'autres choses. Les bonnes sœurs la prirent en pitié et estimèrent qu'elle avait fait preuve de bonne volonté; elles l'admirent au postulat.

     

    Ursule n'y prit jamais l'habit parce qu'il devint peu à peu évident qu'elle cherchait un refuge dans la vie religieuse. Dès qu'on la mettait face à certaines exigences, qu'on la contrariait, elle se déclarait malade, gardait le lit. Tout lui était prétexte à fuir la réalité de la vie. Les carmélites durent la renvoyer en lui demandant d'attendre un moment avant de se représenter ailleurs. Ursule n'en avait cure, elle n'était pas dehors depuis une semaine qu'elle se remettait en quête d'un couvent. Elle a fini  dans une communauté vieillissante de clarisses où les sœurs fort âgées pouvaient jouer à bonne-maman avec la petite jeunette et ceci au grand dam d'autres monastères de cet ordre qui voyait clair dans les motivations de la jeune personne. Qu'arrivera-t-il, se disaient-elles, le jour où ce monastère fermera à cause du vieillissement des vocations, où faudra-t-il replacer Sœur Sara ?

     

    C'est ce qui vient d'arriver : ce monastère vient de fermer. Ursule ne persévère pas dans l'ordre. Elle est à présent dans une communauté religieuse à orientation œcuménique. Espérons de tout notre cœur qu'elle y trouvera sa voix.

     


    votre commentaire
  • Comme toujours, l'histoire que vous allez lire est vraie, seuls les noms ont été changés pour préserver la réputation des innocents.

    Pour ne pas jeter le discrédit sur un ordre religieux qui a souffert et souffre toujours de la situation, nous l’appellerons ordre de St Ores, un saint qui n'existe pas.

    Sr Fausta, soeur orésienne depuis près de vingt ans, a semé le trouble dans plusieurs couvents de Flandres et s'est fait renvoyer d'un autre en Terre Sainte. Elle échoue dans une communauté près de sa fin, joue de son charme et en devient  la supérieure. Elle accueille ses premières novices et impose au couvent un mode de vie déséquilibré. Une relation trouble la lie à l'une d'elle , Alexandra, à qui elle confie prématurément, pas mal de responsabilités. Des novices et une soeur conventuelle préfèrent quitter le monastère et les premières plaintes parviennent aux oreilles des responsables ecclésiastiques.Pourtant deux jeunes filles , Marie-Noëlle et Martine entre dans ce couvent. Elles se trouvent confrontées au caractère manipulateur de leur supérieure et maîtresse des novices.

     

    Mère Fausta martèle à qui mieux mieux : nous sommes pauvres et les pauvres travaillent dur pour gagner leur vie. Ainsi justifie-t-elle le fait d'entreprendre  une à deux fois par an des travaux de réfection où elle fait travailler ses "jeunes" jusqu'à des petites heures, au détriment de leur sommeil et de leur temps de prière. Car ces travaux s'ajoutent au travail ordinaire, rémunérateur ou d'entretien (nettoyage, jardinage, ...)

     

    Certes, le bâtiment est vétuste et mal entretenu, mais tous les travaux entrepris ne se justifient pas. La chapelle est repeinte ou même modifiée tous les deux ou trois ans. On un change un tabernacle de place, on agrandit une porte,... Mère Fausta a un goût prononcé pour le neuf, le clinquant, la surabondance. Il faut une nouvelle machine à coudre pour la roberie ? (l'atelier où l'on coud les vêtements monastiques). Elle en achète six, d'un modèle industriel, trois piqueuses et trois surfileuses. Deux de ces machines vont à l'atelier de vêtements liturgiques. Deux vont à la roberie, deux autres sont en réserve. Or la sœur qui s'occupe de la roberie doit aussi travailler à deux autres ateliers et assumer sa part de travaux d'entretien, elle n'y travaille pas à plein temps. Quant à celle qui l'assiste, elle ne peut pas s'initier, à plus de quatre-vingts ans à la manipulation d'une machine de pointe, assez nerveuse. Le matériel est sous-employé.

    culturepub 12.jpg

     

     

    Soeur Alexandra s'est-elle plainte de mal de dos ? Elle achète un lit médical sur roulette pour Sœur Jacinthe, une nonne âgée que son alter ego aide à se mettre au lit, tous les soirs. Sœur Jacinthe n'est pas heureuse du changement. Le lit est trop haut pour elle. Peu importe.  Mais quand, trois mois plus tard, quand Alexandra a laissé cette tâche à l'une des novices, Mère Fausta fait scier les pieds du lit pour l'abaisser. C'est également sous le même prétexte qu'elle achète un nouveau tracteur-tondeuse alors que l’ancien fonctionne toujours. Sœur Alexandra lui fera remarquer qu'elle ne lui avait rien demandé.


    Les réunions communautaires se résument à une "conférence" spirituelle de Mère Fausta.  Un jour, elle en donne une sur la confession en insistant sur la nécessité d'une bonne préparation. Ce qui ne l'empêche pas de rejoindre une de ses sœurs en train d'attendre son tour devant le confessionnal pour lui faire une scène au sujet ... de la note du dentiste, comme si la nonne était responsable du prix des prestations, surtout que le choix du praticien lui est imposé.

     

    800px-Odontologia_Clinica.jpg

     

     

    Souvenez-vous de Sœur Agnès, une religieuse âgée, fille unique qui avait bénéficié d'un congé hors monastère, le temps de prendre soin de ses vieux parents. Lorsque sa mère a rendu son dernier soupir, Mère Fausta l'a contactée pour lui parler ... de l'héritage. Cet argent passera dans la réfection des bâtiments, des embellissements, ... Mais quand la vieille nonne aura besoin d'un appareil auditif, Mère Fausta fera en sorte qu'elle ait le meilleur marché et le moins performant.

     

    Mère Fausta sait comment manipuler son entourage pour remplir ses caisses. Elle envisage l'achat d'un four électrique pour la boulangerie ? Elle demande "conseil" au père abbé d'un monastère avec laquelle elle est parfois en contact. Elle sait si bien exposer son cas, que le vieil abbé veut faire un geste envers ce monastère, qui d'ailleurs n'est pas de son ordre. Un autre supérieur d'un autre ordre a vu l'état de délabrement des bâtiments, il ne se contente pas de lui passer commande hebdomadaire de pains pour son monastère ou de lui confier la reliure de toutes les revues de sa communauté, il lui envoie son propre comptable et lui fait un don mensuel très conséquent, équivalent à deux fois et demi le salaire d'un infirmier ou d'un instituteur débutant.

     

    liasse de francs belges.jpg

     

    Mais cela ne se limite pas là. Il y aura aussi des dons ponctuels, des prêts sans intérêts, etc. pour financer les travaux incessants du couvent. Le vieil abbé finit par être remplacé et son successeur est moins enclin à lune telle générosité.  C'est que son monastère a avancé les fonds pour la reconstruction d'un nouveau cloître. Mère Fausta en a profité pour faire refaire la bibliothèque et une bonne partie de la toiture. Le montant des travaux avoisine à trois fois le prix d'une grande maison. Et comme cela ne peut éteindre la soif d'agrandissement de la religieuse fantasque, elle a également fait construire de nouveaux ateliers.

     

    Lorsque Sœur Valérie est près de faire ses vœux temporaires, elle lui fait signer un document qui transfère les biens de la jeune femme au monastère, condition sine qua non, selon elle, pour que la novice puisse faire sa profession. Et pourtant, canoniquement, il n'en est rien. La profession temporaire implique des vœux simples durant lesquels le religieux garde la propriété de ses biens mais en confie la gérance à qui il veut. Quand sœur Valérie, bien plus tard quittera les ordres, sans avoir prononcé de vœux perpétuels, il lui faudra faire des pieds et des mains pour récupérer cette somme, par petites mensualités, sans les intérêts et ... frais dentaires et prix de lunettes déduits, une autre infraction aux lois monacales.

     

    Mère Fausta prend prétexte d'une parole du nouveau père abbé pour rénover entièrement l'atelier de reliure, l'équiper de nouvelles machines, sans trop tenir compte des premières intéressées celles qui y travaillent, ni des élections qui se préparent et qui vont apporter un grand bouleversement dans la vie de la communauté, comme si elle se trouvait dans une position indéboulonnable. 

     

    hopital à la rose 1.jpg

     

    Les responsables des finances de l'abbaye créditrice rendent visite à la supérieure et lui font une proposition pour recouvrir l'argent prêté : qu'elle leur cède des titres placés en bourse par les bons soins de l'abbaye. Sans même consulter les conseillères ou le chapitre, elle accepte. Elle se contente d'annoncer la chose avec un sourire béat à la communauté. Hormis le fait que les constitutions de son ordre ne lui permettent pas de disposer à son gré de la somme ainsi cédée, les titres en question sont constitués des dots des sœurs. Mère Fausta prend tout simplement prétexte que le nouveau code de droit canonique n'en demande plus pour disposer de cet argent à sa guise, contrairement aux usages religieux. Ceux-ci veulent que la somme de la dot soit entièrement remise à la sœur qui quitte les ordres, mais sans les intérêts.

     

    Episode 1 , épisode 2épisode 3épisode 4épisode 5,  épisode 6,  épisode 7,

    épisode 8,  épisode 9


    votre commentaire